Marine fait sa chronique !
Buzz marketing et communication online : ça bouge sur le web pour les entreprises !


7092009

Blogueurs, influenceurs, et professionnels… (part 2)

Par • Dans la catégorie : Buzz marketing et communication online

Nous avons vu que l’influence des blogueurs était toute relative : difficile à déterminer qui est influent et qui ne l’est pas. Mais difficile aussi de parler de véritable influence, parfois.

Cependant, le contenu est diffusé, et parfois massivement, et c’est ça aussi qui compte ! C’est aussi ça qui permet à certains de décider de devenir « blogueur professionnel« , un sujet encore une fois très à la mode en ce moment… Vivre de son blog, est-ce possible ? Combien rapporte un blog ? Quels sont les risques, etc etc… Beaucoup de questions que l’ont entend / lit régulièrement.

C’est pourquoi j’ai voulu m’y pencher un peu plus.

devenir-blogueur-professionnel

Qui est blogueur professionnel ?

Alors déjà, il ne faut pas confondre, il y a le blogueur qui va arrondir ses fins de mois avec quelques articles sponsorisés, mais celui-ci ne compte pas lorsqu’on parle de ceux qui choisissent de VIVRE de leur blog. Celui qui a fait le plus parler à ce sujet est certainement Eric Dupin, du blog Presse Citron, qui a pris cette décision l’an dernier : devenir blogueur professionnel, ou à plein temps, pour reprendre son expression.

Comment vivre de son blog ?

L’un des problèmes soulevés est que forcément, pour vivre de son blog, il faut trouver des solutions pour que celui-ci rapporte de l’argent. Solution qui passent donc par les billets sponsorisésà foison, et la pubqui va avec. Alors vient donc l’intérêt de lire un tel blog, puisqu’on sait à l’avance ce qu’on va y trouver : un catalogue de pubs diverses et variées autour d’un sujet plus ou moins central.

A ce sujet, le blog de Marie et Juliena fait une très bonne comparaison : celle de l’homme sandwich. En clair, cet article compare le blogueur professionnel qui va diffuser massivement un contenu publicitaire et donc plus ou moins imposé à son audience, à l’homme sandwich qui circule dans les rues recouvert de pubs… La comparaison est certes un peu exagérée, puisque le blogueur est censé rester maître de son contenu, ou du moins de la façon dont il choisit de diffuser l’information. Mais il reste vrai qu’un blog de blogueur professionnel risque de se trouver dépendant de la publicité assez rapidement, puisqu’il faut que ce blog permette au blogueur de vivre une vie décente sans autre revenu…

Alors, pourquoi devenir blogueur professionnel ?

Plusieurs raisons me viennent à l’esprit. En vrac :

  • Travailler pour soi-même, ne plus avoir de patrons, ou de clients et donc moins de contraintes (cela est relatif puisqu’on a vu qu’un blog pro est bien-sûr une source de contraites, d’un certain côté).
  • Exercer au quotidien sa passion pour l’écriture, les média.
  • Marché publicitaire en croissance, et entreprises qui ont de plus en plus recours à l’internet ou plus spécifiquement aux blogs pour diffuser des informations.
  • Intérêt croissant du public pour les média alternatifs tels que les blogs.
  • Trafic de plus en plus important sur le web, de manière générale.

Mais, être blogueur professionnel, en quoi cela consiste-t-il ?

Etre blogueur amateur demande parfois certaines connaissances et compétences, selon la plateforme utilisée, selon l’effet visuel désiré, selon la régularité des posts, etc etc.

Etre blogueur professionnel demande bien sûr les mêmes connaissances et compétences, mais le tout puissance deux ! Connaissances et compétences auxquelles il faudra en ajouter certaines spécifiques à l’activité professionnelle.

diplome-blogueur-professionnel

Pour être blogueur professionnel, on peut donc citer :

  • Connaissances techniques afin de pouvoir effectuer soi-même une certaine maintenance ainsi qu’une optimisation du site (via de nouveaux modules, de nouvelles fonctions).
  • Connaissance en SEO afin d’améliorer le référencement de ses pages et donc d’augmenter son trafic.
  • Gestion de la publicité (campagnes Adwords), relation avec les annonceurs, facturation, déclarations d’activité et de revenus, …
  • Aptitude à se déplacer relativement facilement et parfois régulièrement afin de participer à des salons, conférences, soirées, … qui participent aussi à la notoriété du blog, et éventuellement à une source de revenus futurs.
  • Savoir faire de la veille et utiliser les outils en adéquation, afin d’être sans cesse informé de l’actualité sur le sujet du blog. Cette veille, si elle est effectuée correctement, doit permettre une certaine réactivité : il ne faut pas attendre que l’information soit déjà largement diffusée pour la traiter, elle perdrait alors tout son intérêt.
  • Facilité de communication, au niveau de l’écriture, bien sûr, mais aussi pour conserver une certaine assurance face à ses lecteurs / commentateurs, ou encore partenaires éventuels. Etre à même de réagir avec calme à un commentaire négatif : tout le monde ne peut pas toujours être en accord sur un sujet. Un blogueur avec un trafic élevé gère en quelque sorte une communauté (tel un community manager, métier à la mode en ce moment, donc je vous parlerai plus tard) qu’il doit savoir fédérer et contenter.
  • Capacité à fournir un contenu constant, tant au niveau de la qualité que de la quantité. Une semaine sans post, et les visites vont s’en ressentir. De même si la qualité devient médiocre. Il ne faut pas écrire pour écrire.
  • Enfin, les blogueurs sont désormais exposés à une certaine image médiatique, qu’il faut savoir gérer, d’autant plus lorsqu’on souhaite faire de cette activité son métier, sa source de revenus. Gérer son identité numérique est parfois difficile, mais ce sera le sujet du troisième volet de ce post.

Pour conclure, je reprendrai une expression de François Gombert de Bozarblog qui disait il y a déjà un long moment que bloguer peut désormais être ajouté son CV. Et je suis tout à fait d’accord avec lui. Il y a donc ceux qui bloguent à titre professionnel, en se mettant à leur compte, ce qui est facilité aujourd’hui par le statut d’auto-entrepreneur. Mais il y a aussi ceux qui bloguent et espèrent en tirer un profit professionnel, indirect, on revient donc au poste de Community Manager, pour lequel il faut bien sûr être capable de démontrer une certaine présence sur la toile…

A suivre…

Blogueurs, influenceurs et profesionnels… (part 1)

Blogueurs, influenceurs et professionnels… (part 3)

Mots clés :

est l'auteur de cet article. Jeune diplômée, elle recherche actuellement une opportunité en web marketing / communication online.
Lui écrire | Voir tous les articles écrits par

6 avis sur le sujet »

  1. Ma réaction sera moins longue ce coup ci, tu as tout énoncé. Enfin il me semble.

    C’est sûr que blogueur pro est un job qui en fait rêver beaucoup, mais comme toujours, beaucoup d’appelés, peu d’élus.
    Le plus dur, c’est d’arriver à faire grimper son audience, ses revenus, être en position de force face aux annonceurs.

    De mon point de vue, on ne décide pas d’être blogueur pro, on l’a comme choix quand on a travaillé à s’offrir cette possibilité.

  2. Marine,

    billet instructif et intéressant. Tout le monde peut bloguer mais tout le monde n’aura pas le même succès ( là encore la notion de succès reste relative car tous ne poursuivent pas les mêmes buts).

    Un blog, c’est tout simplement un journal en ligne( je ne dis rien de nouveau) et ce qui fait la force et la qualité d’un journal, c’est son contenu. Que ce soit une compilation de vidéos, d’images ou un mélange de texte+vidéos+images…tant que tout est fait à destination des lecteurs, on est peut être sûr que notre lectorat suivra.

    Dans notre cas, nous pensons que tout blogueur peut rentabiliser son blog s’il le souhaite mais cela implique que les annonceurs aient des outils pour faire une classification des blogueurs sur base de leur contenu, de leur style d’écriture, de leur followers, de leur créativité, de leur façon d’interagir sur leur blog ou dans les réseaux sociaux et de la pertinence de leur contenu.

    Vivement d’autres billets

  3. Merci Jean Paul pour les encouragements et le commentaire détaillé !

  4. A de rares exceptions près, les revenus publicitaires d’un blog sont marginaux. Et les gains liés aux billets sponsorisés, ils dépendent du bon vouloir des agences de communication.
    Donc, le blog est plutôt une source de revenus indirects comme tu le dis. Et, aussi, une manière de s’entraîner à écrire et à se confronter à des lecteurs. Ce qui peut être utile, quelque soit son objectif professionnel (ou pas).

  5. Excellent ton faux diplôme de blogueur professionnel ! 😀

    Je découvre ta chronique après avoir recherché sur Google si en effet c’était un sujet qui avait été traité. Savoir un peu ou on en était…

    Je fais justement parti de ce qu’on peut appeler un « blogueur professionnel » (c’est ma seule & unique activité).

    J’en profite pour réagir à l’idée que ça passe par la publication de « billets sponsorisés à foison ». Pas forcément. Enfin, pour ma part, j’ai accepté d’en publier 5 en 5 ans. Autant dire que ce n’est vraiment pas ça qui me fait vivre !

    Après, est-ce que ça représente une source de revenu si importante pour d’autres, je ne sais pas (on a pas de données évidemment). Mais je pense que ça concerne surtout ceux qui arrondissent leurs fins de mois…

  6. Merci Serge pour le passage et pour l’avis ! Les billets sponsorisés font parler mais ce n’est effectivement pas toujours justifié… selon les personnes je pense !

Donner votre avis