Marine fait sa chronique !
Buzz marketing et communication online : ça bouge sur le web pour les entreprises !


29102009

Interview de Rudy Turinay, community manager

Par • Dans la catégorie : Community Manager

Je vous l’ai annoncé hier : voici la première interview de cette série dédiée aux community managers. Pour cela, j’ai posé quelques questions à Rudy Turinay, que certains connaissent peut-être déjà. Ce sera alors pour eux l’occasion de le découvrir sous un nouvel angle. Pour les autres, simplement l’occasion de faire sa connaissance, le tout en découvrant sa perception du community management.

Place à l’interview :

Photo Rudy Turinay

Photo Rudy Turinay

Bonjour Rudy, tout d’abord, peux-tu te présenter en quelques mots, pour les lecteurs qui ne te connaitraient pas ?

Rudy Turinay de mon nom, Community Manager spécialisé dans la stratégie communautaire et le Buzz. Je quitte mon agence à Marseille en cette fin de mois d’octobre, pour me lancer dans l’entreprenariat et ainsi travailler pour mon propre compte. Je serai basé sur la cité internationale à Lyon. J’interviens autant dans l’audit communautaire, la définition de stratégie, que dans l’opérationnel.

Si je t’interroge aujourd’hui, c’est bien sûr pour ton implication dans le community management. Peux-tu nous expliquer comment es-tu arrivé à cette fonction et ce qui t’y a poussé ?

Alors deux choses l’une :

Tout d’abord je tiens à préciser que je suis blogger depuis plus de 6 ans, de là m’est venue ma sensibilité à la création de contenu éditorial. J’ai toujours été un forumeur actif sur différents domaines comme le sport, l’actualité high tech ou encore d’autres passions qui me sont propres (par exemple la danse). J’avais déjà donc un pied dans la blogosphère et le web2.0 en général.

Deuxièmement, je suis un véritable passionné de buzz… J’aime le relayer mais j’apprécie tout particulièrement le créer par moi-même. Je réalise donc seul, ou avec des amis des buzz depuis plusieurs années (concours de miss, vidéos virales, démarches politiques…). Pour vous illustrer cette passion je tiens à évoquer un projet sur lequel j’ai travaillé en 2008, à savoir, le retour du joueur de football Didier Drogba à l’Olympique de Marseille. Le but final n’a pas (encore) été atteint mais le buzz en lui-même a été générateur de satisfaction. Je me suis beaucoup enrichi de cette expérience extra ordinaire.

Ceci étant, j’ai orienté depuis plusieurs années, ma formation scolaire puis professionnelle autour de cet axe majeur qui est la communication communautaire on et off line (j’attache beaucoup d’importance aux actions offline).

Au quotidien, gères-tu une communauté ? Ou plusieurs communauté ? Quelle est la mission au sein de cette / ces communauté(s) ?

Ayant travaillé pour une web agency, j’ai hérité de plusieurs de leurs comptes comme Link Box (prestation de référencement), Internity, Vitrine de la Mode, ou encore Vacances Bleues… Je n’interviens pas toujours dans un rôle de véritable « animateur de communauté » pour parfois seulement être le blogmaster ou encore le communiquant web2 (y compris stratège).

Je gère également d’autres communautés plus « fun » comme Viva Futbol (essentiellement sur Facebook, Youtube et IRL).

Enfin je serai bientôt en charge de la communication 2.0 d’un projet Microsoft et je lancerai bientôt un blog sur le site iPhone-Reparation.com

Pour nos lecteurs novices, peux-tu nous rappeler ce qu’on appelle communauté ?

J’ai souvent du mal avec les « définitions » car par nature, elles sont du genre à mettre des barrières aux concepts. Alors que je suis tenté de croire que les catégories sont des vues de l’esprit.

Cependant, si je devais définir une communauté, je suivrais cette définition de marketing tribal qui prétend qu’elle représente un ensemble cohérent de personnes ayant une activité ou une passion en commun. Une communauté est souvent riche de ses propres codes et de sa propre hiérarchie. Elle est souvent dotée de leaders d’opinion qui tendent à influencer le reste du groupe et des comportements. Ce qui est important pour moi, c’est surtout le sentiment d’appartenance qui va déterminer le niveau d’implication du membre et sa capacité à contribuer au bien collectif.

Mais là on rentre dans le détail, et je ne poursuivrai pas de peur de perdre une trop forte partie de l’audience… 😛

Quel est le bénéfice pour les membres d’une telle communauté d’avoir une personne en charge de son animation ?

J’aime à croire que le community manager est, grâce à sa position stratégique, une plateforme d’inter-échanges profitables aux deux parties que sont la marque et la communauté.

Du point de vue de la communauté, outre le fait que le community manager alimente en permanence la communauté de bons plans, d’information et de contenu, il est celui qui va utiliser les synergies en centralisant les actions individuelles et en tirant le meilleur de chacun des membres. Il a un recul et une méthode nécessaire pour optimiser les volontés communes. De plus, grâce à son écoute il est à même de proposer des améliorations produit (remontées terrains) qui seront bénéfiques à la communauté durant les moments de consommation et d’utilisation.

Et pour les marques ? D’ailleurs, penses-tu qu’il est important / primordial, pour une marque d’avoir un community manager ?

Pour la marque, le community manager est un réel ambassadeur. En charge des miroirs communautaires (plate formes telles que les blogs, les forums, les réseaux sociaux) de celles-ci, il demeure un pion essentiel a la satisfaction communautaire. Cette dernière jouant sur les concepts de satisfaction produit et de réassurance, le community manager influe de fait sur le Retour Sur Investissement. Et ce également d’un point de vue purement pragmatique et R.O.Iste.

Est-il important pour une marque d’avoir un community manager ? Je pourrais aller à la facilité en demandant si une marque souhaite prendre du retard sur ses concurrents en leur laissant les bénéfices des communautés et du web 2.0… Mais je suis persuadé qu’il y a encore des gens pour qui ce n’est pas clair. Je répondrai donc très simplement : Un internaute sur dix guide le surf des neufs autres. Cet internaute peut être le community manager. Avec lui la marque a donc le choix de prendre en main son e-réputation et son image sur le web.

Rentres-tu dans un rôle lorsque tu gères ces communautés ? Ou parles-tu en ton nom ?

Bien qu’ayant été contraint dans le passé d’avoir recours à des pratiques borderline (qui on d’ailleurs été sources d’apprentissage), j’attache un point d’honneur à communiquer en nom propre. Je fais partie de ces utopistes post-hippies qui croient en un monde meilleur. Et cela passe pour moi, par de meilleurs relations avec les marques. Du gagnant-gagnant que l’on ne peut développer qu’avec de l’honnêteté et la transparence. Il n’est d’ailleurs pas difficile de retrouver mes actions en tapant mon nom sur les moteurs de recherche.

Tu t’occupes aussi, à titre personnel, d’un blog sur le community management. Peux-tu nous en parler ? Comment gères-tu ta propre identité visuelle au quotidien ? Rentre-t-elle en conflit avec ton rôle de community manager ?

Pour rappel, le blog du Rudy : The Community Manager

Blog Rudy Turinay - The community Manager

Blog Rudy Turinay - The community Manager

Ce blog est né tout d’abord, d’une forte envie d’expression. Le community management est un sujet relativement ancien mais qui a pris une toute autre dimension ces dernières années. De fait, nous autres community managers sommes encore à l’état de découverte. Et bien qu’un peu tout le monde et n’importe qui se mette à traiter le sujet, il est difficile de trouver des informations claires et fiables issues de personnes qui ont une réelle expérience de la chose.

Ma frustration de ne trouver certaines informations lorsque j’en avais besoin m’a poussé à créer moi-même mon contenu et à le diffuser.

J’essaie donc de rédiger un contenu de qualité sur des sujets non abordés, ou de manière non exhaustive.

Nous avons la chance de pouvoir réaliser notre travail en totale cohérence avec notre personal branding, pour les raisons énoncées précédemment. Je gère donc mon identité visuelle de façon transparente et naturelle. Si j’avais un but sur le web2, ce serait d’être considéré comme un créateur de contenu plus qu’un relais d’information (type media).

Et pour te répondre, je ne pense pas que cela puisse entrer en conflit de quelque sorte que ce soit avec mon rôle de community manager, le networking et ma notoriété relative, m’aide à être plus performant dans mes actions. Ceci car je sollicite beaucoup l’avis et/ou l’intervention d’autres spécialistes. Si tant est que j’en sois un…

Quelles sont, selon toi, les qualités et aptitudes que doit avoir un community manager ?

Trivialement les agences demandent une base de connaissances du web, de méthode, et d’ouverture d’esprit. J’y agrégerai un enthousiasme sans faille, de la passion et beaucoup d’humilité et de travail.

Aurais-tu des conseils à donner aux lecteurs qui souhaiteraient occuper un tel poste ?

Intéressez-vous, abonnez-vous à des flux RSS, lisez des blogs… N’hésitez pas à poser des questions et à rencontrer directement les acteurs qui vous semblent pertinents. Les portes sont ouvertes, il ne tient qu’à vous d’acquérir toutes cette connaissance qui, aujourd’hui, est à la portée de chaque internaute.

Bonus. Un mot pour la fin ?

Le community management a des dérives comme le spam intelligent, la qualification de base de données avec des informations privées… Alors soyez honnête et battez vous pour que cette profession garde sa noblesse malgré les tentations issues de cette effet de mode.

Merci Rudy !

Mots clés : , ,

est l'auteur de cet article. Jeune diplômée, elle recherche actuellement une opportunité en web marketing / communication online.
Lui écrire | Voir tous les articles écrits par

17 avis sur le sujet »

  1. Article très intéressant, c’est toujours sympa de lire un retour d’expérience sur le sujet.
    Et puis ça me permet de découvrir un blog que je ne connaissais pas avant et que je me suis empressée d’ajouter à mon GReader ^^

  2. Cela me confirme que j’ai des qualités pour occuper un tel poste 🙂

    Cela est vraiment motivant comme poste ; je vais me renseigner un peu plus.

    @+ @ntoon

  3. Merci Marine,

    Je suis aussi sur Twitter pour ceux qui veulent discuter, je suis bien entendu ouvert @CommunityRudy

    😉

  4. Je trouve cette interview très intéressante. Je m’interroge sur l’évolution de la fonction de community manager à long terme avec l’arrivée du web 3.0.

  5. Interview enrichissant, j’apprécie le point de vue de Rudy.
    Le community management est en plein évolution. Si les marques veulent réellement tirer profit des médias sociaux, avoir un ambassadeur auprès des internautes.

    Merci Marine

  6. Je vois que j’ai oublié de remercier La Geekette pour le bookmark, je te remercie donc.

    Ainsi que Jean Paul et Orely.

    Par contre, je suis peut être dans le faux, mais si je crois bien au web 2.0, je comprends sa définition et son intérêt, j’ai encore des doutes sur la version 3.0 que je trouve purement factices et marketing.

    Mais je ne suis pas contre un argumentaire opposé…

  7. Merci à tous pour vos marques d’intérêt ! En espérant que les prochaines interviews vous apporteront autant.

    @ Orely : si tu veux participer à un article pour nous exposer ta vision du web 3.0 … 😉

  8. Merci Rudy pour cet excellent point de vue. Transparence et capacité à démontrer ses actions restent les deux piliers d’un bon community manager à mon sens.
    Je rajouterai que l’action d’influence d’une marque doit s’inscrire dans une communication globale d’une marque et/ou d’une entreprise.
    Une excellente présence sur les réseaux sociaux et autres supports influents ne dispensent pas d’une communication « corporate » ou « produit ». Référencement naturel, bannières, ou e-crm ne doivent pas être négligés par substitution.
    C’est un peu comme Laurel et Hardy, ou Brad et Angelina, l’un de va pas sans l’autre …
    Bon vent Rudy ! On te suit….

  9. Très instructif!!
    Par contre, je suis perplexe, à lire l’interview de Rudy, on dirait que c’est l’expérience et le parcours online qui font tout. Ne faut-il donc pas faire d’études particulières pour faire ce metier??

  10. Le community management est une matière nouvelle dans les ESC mais il est vrai qu’une base de formation en marketing, journalisme ou communication est appréciable…

    Cependant, un autodidacte motivé peut commencer ce deficit par de l’expérience.

    Telle était ma réflexion.

  11. Merci pour cette interview très intéressante !

    Je recherche moi-même un poste ou du freelance en tant que Content & Community Management.

    Si vous avez une minute, jettez donc un coup d’œil à mon CV vidéo !

    http://tinyurl.com/Cvvideo

    J

  12. Merci de m’avoir répondu aussi rapidement!! Il est vrai que c’est un peu le « problème » des nouveaux médias : ils se développent tellement rapidement que l’éducation nationale a du mal à suivre. Comme vous l’avez fait remarqué : on s’auto-éduque.

    C’est rassurant quelque part car les plus doués avec les réseaux sociaux et les outils du web marketing ne sont pas forcément ceux qui usent les bancs de l’école.

  13. @ LM :
    Le métier reste relativement nouveau en France, on dit souvent que les entreprises ne sont pas encore toutes convaincues par l’utilité de créer un tel poste, alors imagine le temps qu’il faut pour mettre en place une formation en lien avec un métier pas encore installé… Cependant, les choses bougent, les entreprises comprennent de plus en plus l’intérêt, et comme l’a dit Rudy, les formations arrivent. Mais les premiers ont bien du « apprendre » par eux-même, alors les suivants en sont aussi capables !
    Un autre point, même dans les grandes écoles, les stages tiennent une place importante, alors on ne pourra pas nier que l’expérience aide, et donc, dans le cas du community management, la présence en ligne, l’évolution sur les médias sociaux, la veille, …

    @ Rudy :
    As-tu eu des retours d’expérience sur ces nouvelles formations dans les ESC ? Les conseilles-tu ?

    @ Jonathan :
    Bon courage pour la recherche !

  14. @ Marine : les entreprises ne sont pas convaincues de l’utilité de créer un tel poste? Mais pourquoi étant donné qu’elles sont les premières à y gagner, tant en visibilité qu’en interactivité???

  15. @ LM :
    Tu sais bien que les choses prennent souvent du temps à se mettre en place…
    Les entreprises veulent aussi connaître le résultat réel avant de se lancer dans l’aventure, de consacrer un budget pour créer ce poste, … elles ont besoin d’un retour sur expérience, de chiffres, …
    Mais rassure toi, elles s’y mettent de plus en plus : la preuve en est cet intérêt que nous sommes beaucoup à cultiver pour cette fonction depuis quelques temps.

    @ TOUS :
    Une nouvelle interview est en ligne ! J’espère qu’elle pourra vous en apprendre encore plus !
    Pour la lire, c’est par là : http://www.marine-landre.fr/2009/11/interview-benoit-faverial-community-manager/

  16. […] Interview d’un Community Manager sur le Blog de Marine […]

  17. […] Interview d’un Community Manager sur le Blog de Marine […]

Donner votre avis